Aller au contenu
MHNTV_2018.1000.7
MHNTV_2018.1000.7_marquage
Collection précédente Collection suivante

Calcaire

Désignation

Dénomination

Calcaire

Discipline

Discipline(s)
Géologie
Pétrographie

Collection

Numéro d'inventaire
2018.1000.7

Statut
Matériel pédagogique

Collecte

Lieu de collecte
Var (83)
Nom du Collecteur
GINER Stephen

Caractéristiques physiques

Nature(s) du spécimen
roche
Matières ou matériaux

matériau d'origine minérale

Mesures

H. 17 cm, l. 15,5 cm, L. 28 cm (hors tout)

Localisation

Localisation
Muséum (Var (83)) > RDC_salle géologie > 1027

Description

Description
Le calcaire est une roche sédimentaire dite exogène. Il se trouve donc à la surface de la Terre et ne provient pas de l'intérieur du manteau. Sa couleur dominante est le blanc, avec parfois des nuances jaunes, roses, rouges, brunes et grises. Il apparaît sous la forme d'une roche compacte présentant une disposition sédimentaire en bancs stratifiés. Le calcaire est souvent d'origine organogène, ce qui signifie qu'il est composé de restes organiques (coquilles de mollusques, calcium des os de certains vertébrés, coraux, éponges et algues calcaires) qui s'accumulent au fond d'étendues d'eau peu profondes (lacs ou mers) avec une luminosité et une température assez élevées, et ce, pendant des centaines de milliers d'années. Suite à l'augmentation de la pression et de la température causée par la compaction des sédiments, la roche commence à se former et peut donner des bancs d'une épaisseur de l'ordre de plusieurs centaines de mètres en quelques millions d'années. Il peut aussi se former à la suite de processus chimiques par précipitation et dépôt des sels de calcium dissous dans l'eau dans des régions à forte évaporation. Son composant principal est la calcite (CaCO3 ou Carbonate de calcium).
Le calcaire a eu un rôle très important il y a plus de quatre milliards d'années, et ceci grâce à un phénomène bien particulier : lors de son cycle de sédimentation, le calcaire à la particularité de fixer le CO2.
Au cours de la jeunesse de notre planète, d'immenses quantités de CO2 furent ainsi absorbées par le calcaire qui précipita au fond des océans, ce qui contribua à faire baisser le taux de dioxyde de carbone dans l'atmosphère, celui-ci étant peu à peu remplacé par l'oxygène. Ce phénomène permit la naissance des formes de vies aérobies qui purent se développer plus facilement.
Nous pouvons voir de beaux massifs calcaires à la Sainte Baule, dans les Gorges du Verdon et au nord de Toulon avec le Faron, le Coudon, le Mont Caume et le Gros Cerveau.